LE MÉDIAPHI

LES DERNIERS ARTICLES

  • Lycée du Parc : exposer le(s) portrait(s)
    Quelle vision avez-vous de vous-même ? Quel regard vous définit le mieux : le regard extérieur d’un étranger qui ne juge que votre apparence, celui que vous portez sur votre miroir en pensant vous connaître ou celui que votre conscience impose à votre âme ? Si vous deviez faire votre portrait, accorderiez-vous plus d’importance à la beauté des traits ou à l’aura du cadre ?
  • Des mensonges à la violence, jusqu’à la désobéissance politique
    L’angle de vue de l’arbitrage moral a été tellement véhiculé par les discours intellectuels, engagés ou non, que cette rhétorique de la responsabilité individuelle imprègne jusqu’au discours des militant·e·s quand on les interroge sur leurs pratiques. Penser avec Arendt, c’est donc se donner la possibilité de dépasser la question de la morale et finalement se donner les moyens de traiter la question de la désobéissance à la loi d’un point de vue politique.
  • La condition confinée de l’homme moderne
    Dans La Condition de l’homme moderne, elle s’attaque à plusieurs aspects du monde moderne : la glorification de la valeur travail, l’effacement du politique ; autant de phénomènes qui n’ont vraisemblablement pas disparu avec la fin du confinement. Au contraire, il semble que même confinés nous soyons restés modernes, et, peut-être même, avons nous été d’autant plus modernes que nous étions confinés.
  • Un logement à soi-même
    Derrière les murs de nos chambres, l’histoire de nos vies se déroule. Avoir un endroit pour dormir en paix, être au calme et se reposer, nous semble anodin, mais ce plaisir si simple et ordinaire reste un luxe loin d’être offert à tous. Si avoir un lieu pour s’abriter ne suffit pas pour que nous nous y sentions à l’aise, qu’est ce qui nous fait nous sentir chez nous ?
  • Pauvreté & précarité : la Guerre des Mondes
    La précarité renvoie à une situation de fragilité, à une incertitude à propos de la situation économique et sociale bien plus difficile à chiffrer que la pauvreté qui caractérise un manque pouvant être quantifié en termes de valeur absolue (le seuil de pauvreté en France est fixé en deçà de 50 % du revenu médian français).
  • La République monétaire des Gones
    On peut croiser à Lyon une monnaie citoyenne appelée la Gonette, un phénomène local représenté avec des plumes. C’est un petit succès, tout comme les nouvelles monnaies qui fleurissent partout dans l’hexagone. Nouvelles monnaies, vous avez dit ? Pas si sûr, Platon en parlait au Vème siècle !
  • Spécisme et patriarcat
    Si nos luttes sociales cherchent à tendre vers la mise en place d’une société fondée sur l’empathie plutôt que sur la domination, nous ne pouvons plus faire l’impasse sur le spécisme. Ou bien on détruit la domination partout, en comprenant sa structure globale autant que ses formes particulières, ou on ne la détruit nulle part.
  • Des animaux et des anars
    Le socialisme a cherché à émanciper l’homme de l’exploitation capitaliste, mais quelle place a été faite à la question animale ? Le courant marxiste auquel on pourrait penser en première instance semble par exemple avoir fait peu de cas de la question. Cela n’a rien d’étonnant puisque dans les textes l’animal, loin d’apparaître comme un camarade à émanciper, est le plus souvent posé comme ce dont il faut se distinguer.
  • Entretien : « Politiser l’éthique animale »
    Un retour à la racine sur la question de l’éthique animale avec un entretien de Patrick Llored, enseignant-chercheur en philosophie qui nous met sur les pas de François d’Assise, saint catholique selon lui en rupture avec le catéchisme anthropocentrique de l’Église. Une enquête dont la piste à travers temps, nous conduira à soumettre la domination à la question : sur quel argument théorique se fonde-t-elle ?
  • Édito : « L’Humour »
    Lors d’un banquet, un empereur, celui qui doit son nom à ses souliers, rit aux éclats. Qui ça ? Caligula. Pourquoi ? Pour le moment nul ne le sait, alors les consuls par compassion ou contagion joignent leurs rires au sien. Une fois la crise d’hystérie finie, il explique : « Je ris de penser que d’un geste de moi vous pouvez à l’instant tous êtres égorgés ! » Après ça, est-il encore permis de rire ?
  • Édito : « L’Éducation »
    Parmi toutes les histoires que mon grand-père aura pu raconter sur ses années d’enseignement, ma préférée est aussi la toute première. Fraîchement nommé à Constantine en octobre 1954 et pas bien plus âgé que ses élèves (ni que moi actuellement), le voilà qui cherche une manière nouvelle de faire apprendre ses leçons à un jeune public.