LE MÉDIAPHI

LES DERNIERS ARTICLES

  • Mirror’s edge : détournement exploratoire et parkour vidéoludique
    Le jeu vidéo tout comme chaque œuvre culturelle et artistique est porteur de discours (voir Les discours du jeu vidéo – Médiaphi 22 – Le débat – Janvier 2022). Chacun d’eux porte un regard, une vision du monde, parfois concernant la ville. Plus que cela, il semblerait que le jeu vidéo soit un médium de choix pour traiter de la question urbaine. Dans cet article nous explorerons le lien entre l’appréhension de la ville vidéoludique et celle de la ville réelle par le prisme des discours du jeu Mirror’s edge.
  • L’organisation des pratiques de care : quels enjeux pour les personnes handicapées ?
    Nous terminons ce dossier autour du handicap et du validisme avec un entretien avec Patricia Paperman, professeure de sociologie à l’Université de Paris 8, qui nous permettra d’ouvrir les enjeux autour du handicap en le mettant en relation avec les théories féministes du care. Cet entretien porte sur le livre Vers une société du care : une politique de l’attention (publié en 2019 au Cavalier Bleu), qu’elle a co-écrit avec Caroline Ibos, Aurélie Damamme et Pascale Molinier. LE CHAMP DU CARE Le Médiaphi – Comment définiriez-vous le care ? Patricia Paperman – Le care constitue un champ d’études très large et il n’en existe pas vraiment de définition. C’est davantage une perspective féministe sur l’éthique et la politique qu’un objet en tant que tel. Lorsque l’on parle du care en tant qu’objet d’étude empirique, c’est en faisant référence au travail ou aux pratiques de care, et non aux théories en elles-mêmes. C’est pourquoi je répondrai en vous présentant brièvement deux conceptions différentes à l’origine des études de care, ce qui permettra de mieux voir quels usages il est possible d’en faire. La première de ces conceptions provient de Joan Tronto, une politologue états-unienne pour qui le care est un processus continu d’activités dans et par lequel les différents aspects du care sont mis en œuvre et concourent à « maintenir, continuer ou réparer notre “monde” de telle sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible » (1). Tronto met ainsi en avant toutes les activités qui soutiennent la vie et son humanisation et qui, par là, entretiennent un monde humain commun. L’autre point de départ important du care, est tiré des travaux de la psychologue Carol Gilligan. Dans son livre Une voix différente (1982), elle conteste la théorie de psychologie du développement moral de Lawrence Kohlberg, dominante dans les années 70-80 : elle montre que ses enquêtes, en identifiant la justice comme le stade ultime du développement moral, excluent un bon nombre de considérations morales jugées comme ne relevant pas de la morale sur la base de présupposés de genre. La « voix morale différente », c’est ce que Gilligan entend lorsqu’elle fait parler les filles et prend au sérieux les points de vue moraux ordinaires qu’elles expriment. Elle va appeler cette autre conception de la morale « l’éthique du care ». Le handicap est aussi une notion difficile à circonscrire. Quelle définition peut-on faire de ce concept ? Le handicap n’est pour moi pas un concept : c’est une catégorie d’action publique qui délimite des droits. A partir de là, on peut regarder comment les limites de la catégorie changent avec l’évolution de la loi. C’est empirique, mais ça marche. Par exemple, la loi de 2005 a intégré dans la notion de handicap une foule de gens qui n’y étaient pas auparavant, en incluant entre autres les handicaps psychiques. S’il nous faut définir le handicap, c’est en regardant vers les études critiques du handicap (disability studies) qui sont issues du mouvement pour les droits civiques des personnes handicapées mené dans les pays anglo-saxons, que nous trouvons des lectures stimulantes pour les sciences sociales. Ces études peinent à s’implanter en France, surtout en raison du fait que le champ associatif du handicap, qui est très important, est structuré principalement par des grandes associations nationales qui sont souvent à l’origine et gestionnaires des institutions qui accueillent le handicap. Les disability studies ont permis de faire émerger, contre le modèle médical du handicap qui le conceptualise comme une déficience de la personne, un modèle social du handicap. Selon ce modèle, la déficience n’est pas dans la personne mais dans les obstacles sociaux, institutionnels et politiques qui se présentent aux gens ne disposant pas des capacités standards, c’est-à-dire qui sont nécessaires pour être un travailleur performant. Cette opposition permet de rendre visibles ces obstacles. Les auteures féministes des disability studies mettent également en évidence le fait que si on a besoin de ce modèle pour se battre ou pour décrire un niveau important de la réalité sociale et politique du handicap, ce modèle social favorise une image de la personne handicapée un peu partielle, celle d’un homme en fauteuil roulant qui a toutes les capacités sauf celle des jambes. Cette image prend le pas sur des aspects importants de la réalité des situations de handicap : ce qui a trait aux corps, à la fragilité des corps et à la vulnérabilité. Quelle forme spécifique et quelle pertinence le care peut-il présenter concernant les personnes handicapées ? Ma réponse à la question précédente devrait amener la suite. Il n’y a pas une conception d’un care approprié à ce qui serait un groupe de personnes handicapées qui n’existe pas, mais il y a une diversité de situations qui sont prises sous le prisme d’une catégorie d’action publique qui produit une condition commune : ce sont les institutions étatiques qui, en réglementant les situations, créent le commun. Il y a tout un tas de gens qui ont des problèmes pour participer à un monde qui n’est pas fait pour eux. Tout au début de mes écrits sur le care, je m’amusais à montrer en quoi la conception commune de l’individu autonome, compétent, indépendant, qui est l’idéal à partir duquel on ancre la réflexion morale et politique commune, est très décalé et que les personnes qui pourraient y ressembler sont très peu nombreuses. Cet idéal est majoritaire en termes de pouvoir, mais minoritaire car tout le monde est, à un moment ou un autre de la vie, tordu, malade… Ce qui est intéressant avec le care et les différentes études de genre, de handicap et ainsi de suite, c’est que ce sont des domaines de recherche qui viennent justement en dehors des champs disciplinaires reconnus. Car la conception dominante ne laisse pas de place à ce qui adopte un point de vue critique un peu radical et bouleverse les catégories établies. Cela implique-t-il que les pratiques de care cherchent en fait davantage à combler les obstacles institutionnels rencontrés par les personnes porteuses de handicap qu’à répondre directement aux problèmes posés par un handicap qui serait une caractéristique intrinsèque à la personne ? ORGANISER DES PRATIQUES NÉCESSAIRES Je le dirais différemment. Les pratiques de care sont nécessaires pour maintenir ces personnes. J’ai par exemple récemment lu un fait divers ahurissant : une femme handicapée ne pouvait plus pratiquer son activité professionnelle en raison d’une longue panne d’ascenseur dans son immeuble. Le bailleur social avait alors mis en place un palliatif, en déléguant des gros bras pour la porter. Le problème, c’est que ces gros bras n’étaient pas formés aux pratiques de care, et ils ont causé un accident à cette personne en la descendant. Cette anecdote récente montre que les pratiques de care existent et qu’on en a besoin. La question est de savoir comment elles devraient être organisées pour mieux répondre à ces besoins : le care peut exister de manière féodale, libérale, capitaliste, et ainsi de suite, mais il existe. Nous vivons en ce moment une organisation libérale du care, qui privatise ces activités. En tant que féministes en sciences sociales qui nous intéressons aux pratiques du care, notre travail est de regarder comment ces pratiques sont organisées ou désorganisées. Pour bien déterminer l’extension des pratiques du care, peut-on revenir sur les liens qu’elles entretiennent avec les métiers de la santé ? C’est en effet important de poser la question. On reprend souvent pour rentrer dans cette discussion la distinction qui est faite entre le care (prendre soin) et le cure (soigner). Mais cette division est en fait une hiérarchisation : les activités qui relèvent du soin médical technique et qui sont défendues par les professions de soin comme acte médical sont considérées comme les plus prestigieuses, alors que tout ce qui est extérieur à la médecine est considéré comme secondaire et peut être à ce titre du travail gratuit (les aides-soignantes sont par exemple de moins en moins bien payées) ou non remboursé. C’est également ce travail-là qui est naturalisé comme une qualité essentiellement féminine : on trouve les infirmières formidables, qu’elles savent donner et prendre soin des gens… mais qu’elles le sont en raison de leur sexe. Il me semble au contraire qu’il n’est pas inutile de prendre le soin en vrac, puis de se demander (c’est la question que pose Tronto) quel est l’ensemble des activités qui le produisent. Tronto prend alors en compte un champ de pratiques plus large que le soin strictement médical, en incluant des activités qui sont dévalorisées, sous-payées, invisibilisées, méprisées : par exemple, le travail des aides à domicile et des aides-soignantes. On doit donc considérer cet ensemble d’activités de soin pour ensuite se focaliser sur la division sociale et sexuelle du travail de soin : qui fait le travail de soin au sens médical, qui fait le travail de care ? ÉTHIQUE, POLITIQUE ET VULNÉRABILITÉ À la lecture de Vers une société du care, il y a une notion qui revient souvent : la vulnérabilité. Celle-ci renvoie à la thèse selon laquelle nous serions tous vulnérables. Pourriez-vous nous en dire plus ? Oui, c’est très important. Il s’agit de mettre la vulnérabilité au cœur de la conception de l’éthique et de la politique. C’est un véritable renversement par rapport à la conception classique du politique, qui prône l’image d’un sujet autosuffisant, autonome. Contre ce modèle, le care comme perspective féministe s’appuie sur une anthropologie de la vulnérabilité, en particulier chez Tronto, selon laquelle la vulnérabilité est un trait constitutif de notre commune humanité. C’est à la fois important de le rappeler et en même temps compliqué de le soutenir dans certaines de ses implications. D’abord, c’est important de le rappeler parce que le « tous vulnérables » de Tronto a pour vertu de mettre en évidence que certaines positions sociales permettent de masquer cette vulnérabilité. C’est un masquage que rendent possible les travailleurs et travailleuses du care. Leur travail permet aux personnes qu’elles soutiennent de se présenter comme étant performantes et compétentes. Mais cette thèse est également difficile à défendre car la vulnérabilité est, dans les faits, inégalement traitée et endossée selon la position sociale. Nous sommes certes tous vulnérables, mais nous le sommes plus ou moins, et les vulnérabilités ne sont pas prises en charge de la même manière justement selon les positions sociales. Par exemple, la vulnérabilité des personnes migrantes et sans-papiers est peu regardée et considérée. On a eu une courte parenthèse semi-enchantée lors du premier confinement, souvenez-vous : tous ceux qui permettent à la société de fonctionner, les caissières, les infirmières, les éboueurs… tous ces gens qu’on ne voit pas d’habitude ont soudainement pris de l’importance. Cette parenthèse n’a pas duré plus de deux ou trois mois ; après, c’était reparti : ils n’ont rien eu. Le care comme perspective féministe s’appuie sur une anthropologie de la vulnérabilité […] selon laquelle la vulnérabilité est un trait constitutif de notre commune humanité Enfin, les gens n’aiment généralement pas s’auto-définir comme vulnérables, en tout cas dans l’action publique et politique. Les associations de personnes handicapées récusent ce terme dans leurs discours publics, en revendiquant leur droit à être des citoyens à part entière et pas des citoyens de seconde zone. Ce n’est en effet pas une bonne manière de construire un rapport de force que de se présenter comme vulnérables et ayant besoin de l’aide des autres. Cela entraîne un paradoxe, car certains besoins ne peuvent pas être énoncés publiquement. La vulnérabilité concerne donc à la fois les personnes qui pourvoient le care et celles qui en bénéficient. Qu’en est-il des rapports de pouvoir dans les relations interindividuelles de care ? C’est en effet l’autre aspect de la vulnérabilité. La vulnérabilité met les personnes en position de très grande fragilité lorsqu’il s’agit des relations de soin interindividuelles, qui sont intimes, corporelles. C’est une chose qui est soulignée par les féministes des disability studies : cette situation accentue les rapports de pouvoir. Il y a plusieurs manières de traiter cette question. La réponse de Annette Baier est d’admettre le care comme le paradigme des relations inégales….
  • La déraison de la peur de la folie
    La particularité d’une oppression est que la plupart du temps, nous ne la remarquons pas vraiment si nous ne sommes pas directement concernés. Même lorsque c’est le cas, certaines oppressions sont si répandues et si peu nommées que  les concernés même peuvent ne pas en prendre conscience. C’est le cas du validisme. Celui-ci désigne l’ensemble des comportements discriminatoires que peuvent subir des personnes ayant un handicap.  Il repose sur une discrimination systémique, c’est à dire inscrite dans l’ensemble de l’organsation sociale et à toute les échelles,  des personnes qui ne rentrent pas dans le cadre d’une normalité “saine”.  La psychophobie est une forme spécifique de validisme, qui concerne les personnes handicapées mentales,  neuroatypiques (Trouble du Spectre Autistique) ou psychoatypiques (bipolaires, schizophrènes…).
  • Ça va aller, t’en fais pas
    « J’espère qu’il ne va plus tarder » a prononcé le patient en face de moi. Grand, fin et la mine fatiguée, lui aussi était dans cette salle d’attente depuis au moins trois quarts d’heure. Le temps semblait s’être arrêté. Il m’a regardé rapidement avant de replonger derrière l’écran de son smartphone. Comme il était arrivé après moi, j’étais sûr d’être le prochain à pouvoir rencontrer le médecin. 9H30. La porte du cabinet s’est ouverte, j’ai sursauté. Le médecin a dit mon nom : « Hector Dupuis ? » je me suis levé et j’ai dit en toussotant : « oui… oui c’est moi » puis je l’ai suivi dans son cabinet.
  • Suis-je légitime à écrire ?
    Écrire un article n’est pas une mince affaire, mais si le rendre public est là où demeure la difficulté ? À travers mon expérience je vais vous partager le quotidien de nombreuses personnes : l’anxiété de ne pas être à la hauteur et globalement la peur de l’échec. Qui sait peut-être vous inciter à vous aussi sauter le pas ; promis ce n’est pas un article qui prône le développement de soi.
  • Inspiration en béton armé
    Souvent en voiture, j’ai entendu « tu vois avant il n’y avait rien ici, c’était que des champs. »
  • Les Terrains d’aventure : une expérience du droit à la ville ?
    Une très intéressante demi-journée d’étude sur les terrains d’aventure s’est tenue à l’ENS Lettres de Lyon le 7 juillet 2021. Elle a permis d’appréhender ce dispositif dont l’un des objectifs  premiers est de développer la place des enfants dans les villes.
  • Pour une ville bienveillante et accueillante aussi pour les animaux
    La ville a été pensée et construite par et pour des humains. À quelques exceptions près, la ville exclut par définition les animaux non-humains. Nous aurions pu consacrer notre propos aux animaux de compagnie, que notre société dit aimer (chiens principalement), pourtant exclus des parcs (ou contraints par la laisse) et carrément interdits d’entrer dans de nombreux lieux publics, sous prétexte d’hygiène. Nous avons choisi de consacrer cette contribution à ceux que nous excluons systématiquement alors même que de fait, ils sont nos voisins : les animaux liminaires.
  • Édito : « La Ville »
    Chose promise, chose due : nous avons sorti le nez de nos vieux livres poussiéreux, datant (au moins !) du Moyen-Age ; nous avons descendu les escaliers majestueux de l’Université en longeant les bustes de pierre blanche d’illustres et antiques philosophes, et nous nous sommes même risqués à jeter un oeil en dehors de notre faculté de philosophie emplie de calme et de sagesse… pour les écarquiller sur l’inintelligible agitation de la rue.
  • Le progressisme à l’époque du cinéma social
    Injustices et société : voilà quels pourraient être les mots d’ordre du cinéma social, un genre bien installé en France dont les sorties régulières font souvent l’objet d’un bon accueil critique. C’est un cinéma qui a ses codes, ses thèmes de prédilection, ses acteurs et réalisateurs fétiches, et qui, comme son nom l’évoque à demi-mot, a pour caractéristique de produire une critique sociale : précarité, licenciements, drogues, dépression – car le “social” ne désigne que ce qui touche les pauvres, entendons-nous bien.
  • Face au danger fasciste
    Les élections présidentielles de 2022 ont vu pour la troisième fois dans les institutions de la Vème République le parti d’extrême droite le Rassemblement national (anciennement Front national), accéder au second tour. Le score de ce parti s’est alors élevé au pourcentage historique de 41,5%. L’entre-deux-tours s’est donc vu logiquement marqué par des manifestations antifascistes. Logiquement ? Pourtant, par rapport au 21 avril 2002 quand le FN (Front National) a pour la première fois accédé au second tour d’une élection présidentielle, la réaction de la manifestation antifasciste ne semble plus couler naturellement.
  • Le débat peut-il faire irruption dans le jeu ?
    Malgré ce caractère de liberté apparemment sans concession du jeu, il reste que le premier mouvement du·de la joueur·se est un mouvement de soumission de sa volonté à un certain nombre de règles proposées
  • Les discours du jeu vidéo
    Le jeu vidéo est rapidement devenu un loisir de masse durant la fin du XXème siècle. Ce statut a régulièrement provoqué l’intérêt à propos des discours qu’il peut porter. Dans cet article, nous nous intéressons à la formation de ceux-ci, aux moyens et aux buts de leur mise en circulation, aux liens qu’ils entretiennent avec le débat.
  • Les réseaux sociaux sont-ils un progrès pour les débats ?
    Dans une analyse sur W. Lippmann, Barbara Stiegler examine « l’accélération brutale, à l’époque industrielle, de l’élargissement progressif de l’environnement de l’espèce humaine jusqu’à la constitution d’une Grande Société. » [Stiegler, Il faut s’adapter, Gallimard, 2019] Cet élargissement n’en est que plus absolu aujourd’hui, à l’heure où le monde est connecté, c’est-à-dire où nous pouvons tous – chacun – être relié à n’importe qui.
  • Rire avec les oppresseurs
    Même certains saisonniers à mes côtés rient, et, je ne comprends pas trop pourquoi une femme s’amuse des plaisanteries sexistes, une personne noire pouffe à des blagues racistes, moi ça me plombe le moral plus qu’autre chose… Ils me disent que c’est une manière de se défaire des ségrégations, moi je leur réponds que c’est surtout une façon de les banaliser.
  • Antispécisme vs humanisme : une absence de débat
    Un bon exemple du refus généralisé du débat est ce qu’on a appelé les arguments absurdes. Les arguments dénués de toute valeur qu’on nous oppose encore souvent, qui ne sont ni logiques ni factuels, participent aussi à leur manière à nous faire taire ; qu’on pense au cri de la carotte, à « les animaux ne souffrent pas », à « tu es maigre/pâle… » {…} C’est bien le végétarisme pour les animaux qui suscitait, et suscite encore, ces réactions quasi systématiques. C’est qu’il remet en question un ordre du monde, un ordre de domination : notre ordre social humaniste.
  • Comment nos mots forgent nos maux
    Dans L’homme révolté, Albert Camus exprime la nécessité d’utiliser des mots adéquats pour éviter de nourrir le mensonge universel. Cette notion peut être rattachée à celle de la doxa, définie en tant qu’ensemble d’opinions et de préjugés considérés comme évidents au sein d’une culture donnée, souvent sans recul ni délibération. Pour éclaircir la confusion du monde dans lequel nous vivons et éviter de tomber dans une doxa aux effets destructeurs, le fait d’avoir de nouveaux outils linguistiques pour définir nos expériences, qu’elles soient collectives ou individuelles, semble essentiel.
  • Vote ou consensus ? Entre démocratie et illusion
    Que le système de vote soit spécifique aux sociétés occidentales ne constitue pas un argument en soi contre le vote. Cependant, il nous invite à nous interroger sur le fait d’associer le vote à la prise de décision démocratique par excellence. La « démocratie » renvoie au « pouvoir du peuple ». Nous considérons le vote comme un outil démocratique dans la mesure où il cherche à rendre compte de l’avis du peuple via celui du plus d’individus possible, c’est-à-dire de la majorité. La majorité est pourtant difficile à définir.
  • Un matérialisme contre une supercherie masculiniste
    Combien de vos amis ne vous ont pas dit une fois, en plus de l’éternel #notallmen, que les hommes souffraient aussi de la domination masculine, qu’il fallait leur faire confiance et qu’ils pouvaient prendre eux-mêmes leur destin en main {…} pour proclamer à la fin qu’il n’y a « pas besoin de révolution », que les individus peuvent changer tout seuls, à leur rythme ?
  • La non mixité : essence radicale ou radicalisation de la pensée féministe ?
    Si beaucoup pensent, et ont l’impression que le monde change sans eux, qu’ils revendiquent une masculinité mis à mal, c’est que la place que prend la femme au XXIème siècle, n’a jamais été une «norme» et dérange, encore et toujours. En revanche c’est bien parce qu’elle n’a jamais été une «norme» que les mouvements féministes font autant de bruit. Mais alors ? c’est le serpent qui se mord la queue ? Y a t-il vraiment une réponse, une solution à ce problème ?
  • Renouveau matérialiste dans la pensée féministe contemporaine
    S’enquérir du retour du matérialisme aujourd’hui et de son usage crucial pour balayer les relents masculinistes et menaces antiféministes, mais aussi pour aller jusqu’au bout des implications philosophiques absentes des réflexions des années 1970, c’est nous donner les moyens de mettre au jour les insuffisances des systèmes capitalistes et libéraux lorsqu’ils prétendent défendre la « cause des femmes ». Nous avons choisi d’ouvrir ce nouveau volet de l’Enquête philo’ par un entretien avec Pauline Clochec, maîtresse de conférence à l’université d’Amiens, spécialiste de philosophie allemande et de la pensée féministe.
  • Édito : « Le Débat »
    Le Médiaphi chercherait des sujets à débat… mais au fait, qu’est-ce que ce « débat » dont nous avons fait notre ligne directrice ? Voilà, d’un côté, un sujet plus complexe qu’il n’y paraît, et de l’autre, une rédaction jeune et pleine d’entrain, puisqu’elle accueille cette année de nouveaux membres ! Le match a porté ses fruits : nous voici avec ce numéro tout frais, qui n’a pas manqué de plonger l’équipe dans des débats remplis d’effroyables mises en abyme.
  • Lycée du Parc : exposer le(s) portrait(s)
    Quelle vision avez-vous de vous-même ? Quel regard vous définit le mieux : le regard extérieur d’un étranger qui ne juge que votre apparence, celui que vous portez sur votre miroir en pensant vous connaître ou celui que votre conscience impose à votre âme ? Si vous deviez faire votre portrait, accorderiez-vous plus d’importance à la beauté des traits ou à l’aura du cadre ?
  • Des mensonges à la violence, jusqu’à la désobéissance politique
    L’angle de vue de l’arbitrage moral a été tellement véhiculé par les discours intellectuels, engagés ou non, que cette rhétorique de la responsabilité individuelle imprègne jusqu’au discours des militant·e·s quand on les interroge sur leurs pratiques. Penser avec Arendt, c’est donc se donner la possibilité de dépasser la question de la morale et finalement se donner les moyens de traiter la question de la désobéissance à la loi d’un point de vue politique.