Médiaphi 2 : Philosophie et Université

Thème du dossier: 
Philosophie et université
Date de sortie: 
novembre 2012
Rédacteur en chef : 
Maxime Mariette
Directeur de la publication : 
Christophe Point
Edito : 

Bonjour chers lecteurs et lectrices,

C’est lorsque l’air est vif et froid qu’il faut sortir. Moi, je vais marcher à la campagne, c’est là qu’on entend le mieux le bruit du monde qui tourne. De belles surprises peuvent alors apparaître par ces promenades d’automne.
On peut alors voir d’énigmatiques paysans qui, droit dans leurs corps et dans leurs âmes, mettent encore en branle le réel. Grimpant aux arbres, entre ciel et terre, ils prennent à pleines mains une grande perche de bois avec laquelle ils frappent les branches. Et ainsi les noix tombent au pied de l’arbre pour être ramassées par la suite. Nous voulons être de ces hommes, qui sans avoir peur de la fragilité de leur position, frappent de toutes leurs forces le réel et secouent les branches de la réalité pour en ramasser les fruits.
    
Nous autres étudiants, nous devons faire de même avec cette université, et en faire trembler les fondations par nos voix et nos écrits. Depuis quelques années, nous avions dû nous accoutumer au murmure des voix décourageantes. Mais assez des avertissements ironiques des experts. Assez des prévisions pessimistes des timides. Assez des rires méprisants des sceptiques. Nous voulons des hommes et des femmes entiers. Nous voulons à pleine main du concret. Nous voulons, sans avoir à avaler les piquettes des maussades et des sinistres, déguster le vin fin du présent joyeux.
        
Oui, voici le numéro deux des MédiaPhi. Il est la preuve tangible que nous pouvons faire de la philosophie à d’autres fins que celles que la société nous impose. Parler, par la philosophie, de l’Université, c’est à la fois prendre nos distances avec elle, en tant qu’appareil d’État, et à la fois nous réconcilier avec elle, comme terrain possible pour les graines d’idées de notre avenir.
     Vous trouverez ici des articles de toutes sortes, joyeux, sérieux, lucides, rêveurs, amoureux, colériques. Ils sont les fruits des récits de vous, étudiants. J’en profite pour remercier du fond du cœur tous ceux qui ont œuvré à la création de ce numéro. Il ne faut pas attendre le doctorat pour écrire, car il ne s’agit pas d’écrire une fois que l’on n’a plus rien à écouter. Comme disait Rabelais, il faut se remplir lorsqu’on se vide à trop parler, et se vider lorsqu’on se remplit trop de la parole des autres.
        
Parallèlement à ce nouveau MédiaPhi, nous voyons la poursuite d’autres aventures toutes aussi entraînantes : le PhiloCiné nous emmène en novembre en Iran avec Persepolis ; le PhiloThéatre ce mois-ci se lance dans une nouvelle pièce contemporaine. Ainsi n’est-il pas superflu de conclure avec ces mots de Jean Cocteau :
         
« Par bonheur nous avons atteint l’âge d’homme sans désespérer de rien. À des réalités détestées, nous opposons un désir, une aspiration, une volonté. Nous avons pour nous cette chimère, nous portons en nous cette
illusion qui nous donne le courage et la joie d’entreprendre. »
À toi lecteur, je te souhaite un bon moment avec ces lectures.

 

Éditorialiste: 
Christophe Point
Appel de textes: 
Samedi 15 septembre 2012 - Lundi 15 octobre 2012