Médiaphi 13 : la superstition

Thème du dossier: 
La superstition
Date de sortie: 
novembre 2016
Rédacteur en chef : 
Lucie Boël
Directeur de la publication : 
Faustine Oliva
Edito : 

Ç’aurait pu être un simple numéro. Il semble cependant que le symbole
se soit plus qu’incarné dans ce nouvel opus du Médiaphi. Aurions-nous
irrité, par inadvertance, une obscure force affreusement susceptible par le
choix du thème de ce Médiaphi N°13 ? Une entité ancestrale punissant
les petits malins que nous aurions cru être, ou les grands flemmards qui
auraient cédé à la facilité de l’évidence ? Peut-être même les médiocres
philosophes trop heureux d’offrir en pâture l’un de leurs supposés ennemis
de longue date ?
Car si tout commençait bien, l’élaboration du journal nous a valu quelques
sueurs froides, en particulier lors du constat que peu de textes nous
étaient parvenus à quelques jours de l’échéance. Il faut dire que ce début
d’année fut explosif, que ces derniers mois ont laissé beaucoup de place
à l’improvisation, et la part belle à la virtuosité, plus ou moins maîtrisée, des
membres, anciens et nouvellement arrivés, des Médiations philosophiques.
Si quatre-vingt quinze pour cent de notre matière spirituo-cérébrale
optait pour une cause purement humaine et intégralement explicable à
nos déboires éditoriaux, cinq petits pour cent de notre matière grise se
sont interrogés sur la possible corrélation entre le thème de notre dossier,
le numéro du journal, et ces frayeurs textuelles. Cette confrontation directe
à ce à propos de quoi nous voulions délier les langues et dénouer les
claviers, comprend tout de même sa part de positif, en ce qu’elle exemplifie
notre entreprise : ne pas nous contenter de débiter sur tout et sur rien, mais
choisir proprement chacun de nos termes pour rendre compte d’expériences
communes, pour initier une réflexion sur des questions brûlantes, éminemment
personnelles et terriblement ancrées dans notre quotidien.
Les quatorzes articles ainsi que le dessin et la planche de BD qui forment
ce numéro témoignent de notre capacité à ne pas nous laisser arrêter par
nos peurs, par nos croyances les plus tétanisantes, par les obstacles que
nous rencontrons. 13, ce n’est qu’un numéro, qu’on croit ou non en l’existence
de quelque chose ou de quelqu’un qui pourrait en vouloir à notre projet.
Il faut toutefois remarquer que, même lorsqu’on se pense exempt de toute
influence pouvant être assimilée à l’effet d’une quelconque croyance pas
toujours fondée, force est de reconnaître avec humilité que la poursuite
incessante d’un but et le refus d’abandonner, ne sont pas plus mus par
quelque motif rationnel que la sourde angoisse d’un autre aussi inquiétant
que menaçant, aussi fantasmé que puissant. Car si nous devions utiliser un
terme pour qualifier la source de notre action, celui-ci serait plus proche
de la foi que de la certitude raisonnée et raisonnable ; il faut avoir foi
dans ce que nous faisons et dans ce que nous essayons de faire, savoir
nous laisser porter par un élan qui dépasse quelque peu nos capacités
de compréhension, nous laisser dépasser par nos motivations. Un signe
qu’il n’y a que des nuances, qu’il n’y a pas qu’une version des choses et
que chacune admet une part plus ou moins importante d’inexplicable et
d’incompréhensible. La clé se trouve peut-être dans le foisonnement de
ces interprétations, dans notre capacité à ne pas nous enfermer dans
l’une d’elle, à accepter le mystère mais à ne pas nous y résoudre, si nous y
résoudre consiste en une résignation apeurée.
Ce n’était qu’un Médiaphi qui n’avait pas reçu assez de textes. C’était
moins que pas grand-chose. Mais voilà déjà étalés sur une page une
pléthore de signes, des traces de destins pleines d’un avenir prometteur
pour notre journal, et, plus largement, pour cette association qui est autant
la nôtre que la vôtre. Ceci n’est que ma matière, et je ne vous livre qu’une
manière d’interroger ce thème - la superstition – d’y entrer en douceur, de
commencer à vous perdre dans ce théâtre d’ombres.
Avec un peu de chance je vous ai peut-être donné envie de tourner les
quelques pages qui vous séparent des premiers articles.

Éditorialiste: 
Faustine Oliva
Comité de rédaction : 
Léa Charvaz Alexia Dos Santos Lucas Echeverry Louise Gagnaire Hadrien Hutin Benjamin Spada
Appel de textes: 
Jeudi 13 octobre 2016 - Dimanche 30 octobre 2016